logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

28/11/2013

GAZPAR


 

Actualité revue Que Choisir

 

 

Gazpar

 

Nouveau compteur pour le gaz

 

Le nouveau compteur Gazpar équipera les 11 millions de foyers abonnés au gaz d’ici 2022. Gazpar communiquera les données directement à GRDF et permettra d’être facturé sur sa consommation réelle de gaz. Ce compteur communiquant suscite moins d’inquiétudes que son homologue électrique Linky.

 

gazpar-actu

 

C’est au Salon des maires et des collectivités locales que la filiale de GDF Suez en charge de la gestion du réseau gaz, GRDF, vient d’annoncer la généralisation du nouveau compteur communicant Gazpar à l’ensemble des 11 millions de foyers abonnés au gaz.

 

Concrètement, le déploiement va commencer par une expérimentation avec la pose de 150 000 compteurs fin 2015 ou début 2016, puis sa généralisation aux 11 millions d’abonnés s’étalera de 2017 à 2022. Tout comme pour le compteur Linky sur l’électricité, il sera impossible de refuser la pose de ce nouveau compteur, l’abonné n’en étant pas propriétaire. D’ailleurs, si l’UFC-Que Choisir reste fermement hostile au compteur Linky tel qu’il est conçu, le déploiement de Gazpar ne suscite pas de critiques virulentes. Financièrement, son coût, 1 milliard d’euros, est assurément plus maîtrisé que celui de Linky et ça ne doit rien au hasard. Le gaz étant une énergie choisie, les clients peuvent s’en détourner si les coûts explosent, tandis que pour l’électricité, tous les ménages sont des clients captifs d’ERDF, il n’y a aucune alternative. Les enjeux d’optimisation des coûts ne sont pas les mêmes. Ceci dit, le coût de Gazpar sera répercuté sur l’abonné, mais cette fois en toute transparence sur la facture, à raison de 2 à 3 euros par an. En échange, les abonnés ne seront plus facturés sur des consommations estimées mais sur leurs consommations réelles, que Gazpar transmettra automatiquement. Et pour inciter à la maîtrise de la consommation, Gazpar offrira un relevé quotidien des consommations sur Internet.

 

En revanche, Gazpar ne permet pas plus que Linky de visualiser ses consommations en temps réel, il ne possède pas non plus d’afficheur déporté. Mais en réalité, si ce manque constitue un défaut rédhibitoire pour Linky, la lecture en direct n’est pas aussi indispensable pour le gaz. Réduire sa consommation de gaz passe en effet par la baisse du thermostat de chauffage, c’est très simple, alors que la consommation d’électricité provient de nombreux usages qu’il est nécessaire d’identifier si on veut les réduire.

 

A priori, contrairement au compteur électrique Linky, le compteur Gazpar ne semble pas préjudiciable aux consommateurs. Une impression que l’expérimentation viendra confirmer… ou infirmer. Que Choisir la suivra avec attention.

Élisabeth Chesnais

20/11/2013

DECHETS : Tarification incitative

 

 

Tarification incitative des déchets : la parole aux usagers

lundi, 18 novembre 2013 10:19 Dernière modification le mercredi, 20 novembre 2013 12:39
Tarification incitative des déchets : la parole aux usagers

La CLCV a réalisé une enquête auprès de 226 foyers résidant dans 4 territoires pilotes qui expérimentent la redevance incitative des déchets.

La CLCV rend publique une enquête réalisée avec le soutien de l’Ademe relative à la perception par les usagers de la tarification incitative des déchets mise en place dans leurs communes (intercommunalité).

A ce jour, 67 % des communes facturent le service des déchets au moyen d’une taxe indexée sur la valeur locative qui ne tient pas compte de la quantité de déchets produite par l’usager. Dans un an, les dispositions de la loi Grenelle 1  obligeront les communes à inclure une part incitative à la taxe en fonction de la quantité de déchets.

La CLCV a voulu enquêter dans les communes où la tarification incitative existe déjà pour connaître le sentiment des usagers : 216 foyers* ont répondu aux bénévoles de l’association dans quatre communautés de communes ou agglomérations dans lesquelles cette mesure est mise en oeuvre.

Il apparaît que 71 % des participants estiment avoir été bien informés, un tiers affirme connaitre la grille tarifaire du service et 72 % jugent la facture claire. Ces bons résultats s’expliquent par le fait qu’il s’agit de communes qui ont plutôt pris la précaution d’une sensibilisation fournie et pu ajuster parfois le dispositif au cours du temps.

En termes de perception, 77 % des sondés estiment que la redevance incitative a un impact positif pour l’environnement. Ils sont notamment 59 % à penser que leur geste de tri aura un impact sur la facture (la tarification incitative portant sur la grande poubelle résiduelle, elle peut en effet favoriser le tri vers les autre poubelles dédiées).

En termes d’impacts financiers, 65 % des sondés ont fait un comparatif de facture avant/après la mesure et 27,5 % ont déclaré constater une hausse de leur facture. Toujours d’un point de vue économique, 37 % trouvent que le montant est plus élevé qu’ils ne l’imaginaient, moins de 10 % attribuent au dispositif un impact sur leurs finances personnelles (5,8 % mentionnent un impact financier négatif, 3,8 % un  impact financier positif).

Ces résultats sont plutôt encourageants mais ne constituent pas une démonstration définitive ou consolidée de la pertinence de la tarification incitative. Celle-ci peut, par exemple, être plus difficile à mettre en œuvre dans un contexte plus urbain à habitat collectif important ou peut gêner les familles nombreuses (peu présentes dans notre panel).

Nous plaidons pour que la mise en place du dispositif s’accompagne d’un processus systématique de consultation, tel qu’effectué par cette enquête, et d’association du public. De cette manière, les dispositifs pourront être favorablement modulés au cours des années à venir.

* plutôt représentatifs en termes de structure d’habitat, même si la typologie de l’échantillon reste globale et ne tient pas compte des spécificités locales. A noter aussir une surreprésentation des retraités et foyers de moins de trois personnes.

Consulter l'enquête détaillée.

 

Publié dans Nos enquêtes, Communiqués de presse | Déchets

19/11/2013

CONSOMMER AUTREMENT

Consommer autrement

avec l'association de consommateurs CLCV

 

Choisir une rubrique :

 

La CLCV vient d'éditer un nouveau dépliant sur le gaspillage alimentaire et les moyens de le combattre.

La CLCV rend publique son enquête sur les prix et la disponibilité des produits écolabellisés, réalisée en partenariat avec l’Ademe.  

Il n'y a que de bonnes raisons pour devenir cycliste

Anne-Marie, 29 ans, participe à notre campagne depuis le début de l’année. Elle en dresse un premier bilan.  
La Ressourcerie est un lieu convivial dans lequel chaque particulier peut déposer des objets dont il ne se sert plus (électroménager, les meubles, la quincaillerie, les livres, les textiles, la vaisselle, etc).
« Devenez Greeters » ! Non, il ne s’agit par d’une secte étrange mais plutôt de simples particuliers amoureux de leur ville ou de leur lieu de vie et qui souhaitent gratuitement faire partager leur intérêt à des touristes ou à de nouveaux arrivants.

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique